A Nantes, le premier distributeur automatique de jeux

À la gare de Nantes, il est devenu aussi simple d’acheter un mini-puzzle, un jeu de cartes ou un casse-tête en bois que de faire le code B32, pour avoir un paquet de chips.

Station-Sweet-Station. Les gares sont devenues en quelques années des lieux de vie douillets, confortables, ludiques… Peut-être pas la gare de Reding, de Berthelming ou de Bouzonville. Mais autour des grands axes, les courants d’air ont été remplacés par une Valse en fa majeur, Petite Marie ou encore Get Lucky. Des inconnus-pianistes trouvent ici quelques minutes de gloire avant de prendre leur train.

Et après, assis dans le wagon, ils jouent à quoi ? Pierre Veron, grand enfant de 23 ans, a trouvé la solution pour occuper les voyageurs « solos », « duo » ou « familles ». Titulaire d’un master 2 en Stratégie marketing, il commence sa vie professionnelle chez Hasbro, le riche papa de Furby, Monopoly, Trivial Pursuit, Play-Doh, Star Wars et plein d’autres blockbusters du jeu. Après quelques mois chez Smoby, le numéro 1 du jouet fabriqué en France, il est au volant avec Anthony Chauvin, d’une drôle d’entreprise. Le Camion de Lëon « souhaite donner une nouvelle place aux jeux et jouets dans la vie quotidienne des petits et des grands enfants ». Leur objectif est de « créer les premières boutiques automatiques de jeux et jouets d’antan ».

En 2015, ils proposent l’idée à la SNCF. Le spécialiste du transport ferroviaire en France n’en est pas à son premier coup pour distraire ses clients : distributeurs de baguettes, pianos, vélos pour recharger son portable, retards, pannes, petites phrases au micro, etc.

« On leur a présenté le concept tout simplement et ils ont accroché ». Au printemps 2015, la première boutique robotisée pose ses valises en Gare de Nantes avec ses 38 références de petits jeux vintage. C’est un succès. « On n’a eu que de super retours. On s’est rendu compte que les gens trouvaient l’idée sympa, le distributeur plutôt joli ».

Si votre cœur balance toujours entre un petit jeu made in France sur le pouce et la dernière version de Candy Crush sur votre smartphone, Pierre Veron dégaine les arguments.

Les jeux du distributeur, ce sont de vrais jeux avec lesquels jouait déjà ta grand-mère, c’est les seuls jeux où ta mamie peut te battre, ce sont des jeux que tu pourras offrir à tes propres enfants et en plus, tu seras sûr qu’il te restera de la batterie une fois arrivé en gare, pour qu’on vienne te chercher !

Le Camion de Lëon devrait continuer sa route en Île-de-France avec un nouveau concept pour les centres commerciaux, ces temples de la consommation que Guy Debord fustige dans son ouvrage « La société du spectacle ». En tout cas, le spectacle du petit ascenseur qui vient chercher le jeu sélectionné nous émerveille tout autant que Pierre Veron. Casse-tête en bois dans une main, billet dans l’autre, paquet de chips sous le bras, bref, heureux qui comme BEJOUE a fait un beau voyage.

Et si Pierre Veron, cofondateur du Camion de Lëon était un jeu…

« Mr Patate, pour jouer plein de rôles différents et m’inventer des vies. »

Tout savoir sur les distributeurs ludiques de Lëon

Crédit photo : Le Camion de Lëon

Coralie & Isa
À propos de l'auteur

Coralie est la curieuse de BEJOUE, elle aime fouiller les internet pour trouver des pépites, les histoires de chouette, les jeux de mots et le papier cadeaux. Isa est le petit futé de BEJOUE, elle aime les histoires de jeux et de gens, les enquêtes de terrain au pied de son immeuble, et la moquette dans les pubs.

Newsletter

Facebook