Monopoly. « Les nouvelles règles ne sont pas justes du tout ! »

L’Observatoire des inégalités, grâce à l’agence de publicité Herezie, s’est emparé du Monopoly, jeu classique mondialement connu, d’une manière tellement intelligente, que les inégalités n’ont jamais été aussi réalistes !

L’Observatoire des inégalités s’est fixé plusieurs objectifs : éclairer, critiquer les choix publics, tout en s’adressant au plus grand nombre. Mais faire comprendre le fonctionnement des inégalités sans pour autant les vivre, c’est effectivement très compliqué ! Sauf, grâce à un jeu, mondialement connu, le Monopoly.

Des enfants sont confrontés aux changements injustes des règles. Par exemple, on va faire commencer la partie de jeu de société avec 1 500 euros pour la moitié des joueurs, contre 750 pour l’autre moitié. Certains auront trois rues et deux maisons dès le départ.  On retrouvera également une carte qui permet de ne jamais aller en prison. D’autres joueurs, eux, ne pourront pas acheter de rues prestigieuses.

L’effet est immédiat. Les enfants s’exclament : « Mais pourquoi ? », « Mais ça ne se fait pas », « Ça m’énerve ».

Normalement, la plupart des jeux de société proposent les mêmes règles pour tout le monde. La banque nous donne la même sommes, nous sommes tous égaux malgré nos origines, notre sexe. Ici, le jeu s’entrechoque avec la vie.

Et comme l’explique l’Observatoire des inégalités :

Quand on s’appelle Mohamed, on a moins de chances que Martin de recevoir de réponses positives dans sa recherche de logement.(…) Les femmes sont moins bien payées que les hommes.

Pour combattre ces inégalités, il faut les comprendre, et peut-être les jouer ! Notre société est loin de garantir l’égalité des chances de départ et les conditions de la compétition. En effet, le milieu social, le niveau de vie, la couleur de la peau, le handicap ou encore le sexe, pèsent dans la balance et sur le déroulement de notre vie.

Alors, ne jouons pas à ce Monopoly dans la vraie vie ou exclamons-nous autant que ces enfant !

Regarder la vidéo sur le site de L’Observatoire des inégalités

Isa
À propos de l'auteur

Dite le petit futé de BEJOUE, elle aime les histoires de jeux et de gens, les enquêtes de terrain au pied de son immeuble, et la moquette dans les pubs.

Newsletter

Facebook