« Montrer tes tatouages et raconter des histoires sur le végétarisme n’aura pas suffi. »

J’ai été candidat et je suis passé sur TF1 dans la fameuse émission de Jean-Luc Reichmann. Face à toutes les questions de mon entourage, les messages, sms ou mails reçus, je veux vous raconter l’histoire une bonne fois pour toute et on enterre ce souvenir. Ou alors, on l’immortalise en article-justificatif sur ce site internet qu’est BEJOUE.

Mais pourquoi ?

Je deviens propriétaire d’un studio bientôt. Un grand pas dans ma vie mais aussi, dans mes prochaines 25 années d’emprisonnement avec une banque. Du coup, la question est la suivante : Comment gagner rapidement et facilement beaucoup d’argent ? La solution de base était ici.

J’avais décidé de ne rien dire. Et en effet, à part à quelques ami(e)s et à ma mère, j’ai rien dit. Mais bon, c’était sans savoir que parmi les quelques millions de téléspectateurs de « Les 12 coups de midi », j’avais des connaissances, de la famille, des proches, etc… Un message d’introduction pour vous tous : Éteignez vos télévisions, par pitié.

7 jours après la diffusion, je décide de me mettre à écrire ça, car 7 jours après la diffusion, la vidéo de l’émission en question disparaît de la surface de TF1 replay.

Sauver…les 12 coups de midi

Mardi 15 Novembre 2016, je me réveille avec une petite gueule de bois, j’ai dû sortir hier. Je traîne sur les réseaux sociaux au fond de mon lit et là, mon portable sonne.

  • Martin ? Salut, c’est Machin des 12 coups de midi, je voulais savoir : Tu es dispo aujourd’hui ? Tu habites toujours à Paris ?
  • Euh oui. Je ne travaille pas aujourd’hui.
  • Alors, en fait, on a un candidat qui a eu un accident de voiture. Si tu pouvais être à Front Populaire, là où tu as passé le casting, dans… en fait le plus vite possible, ce serait génial !
  • Merde, un accident de voiture ? C’est pas grave ?
  • On t’envoie par mail toutes les infos : comment t’habiller ? Le plan du studio ? Tu penses pouvoir être là quand ?
  • Bah sincèrement, j’habite à 2 stations… euh, dans une heure ?
  • On t’envoie ça ! Merci, tu nous sauves la vie, finit-il avec beaucoup d’entrain.

Je saute sous la douche. Je ne suis pas très motivé, j’avoue. Mais bon, j’ai fait le casting et je viens de dire OK par téléphone, je l’ai donc bien voulu. Pis on ne sait jamais, sur un malentendu, je peux quand même toucher du pognon.

Un café et deux stations de métro plus tard, j’arrive sur place. Je me présente à l’accueil et une jeune fille très sympa vient me chercher comme le messie.

TU NOUS SAUVES LA VIE MARTIN, MERCI !

(Ils en font vraiment des caisses).

Les blagues à la cantine

Elle m’emmène à la cantine des candidats, buffet froid, bouteille de rouge –mais j’ose pas en boire- et en parallèle, une autre fille explique le déroulement du tournage, les placements des candidats, les règles du jeu que j’apprends sur place, le tout en mangeant une salade verte dégueulasse noyée dans sa vinaigrette. On m’explique qu’il faudra faire semblant d’être le 22 décembre vers midi. Mon émission a été tournée à 15h, mi-novembre. En réalité et sans doute à cause de l’emploi du temps de Jean-Luc Reichmann, ils tournent 5 à 6 émissions par jour pendant une grosse session de tournage, commençant vers 10h et terminant maximum à 22h.

Tout d’un coup à la cantine, le monde se met à tourner au ralenti : Christian rentre dans la pièce. Il est là depuis quelques mois déjà. C’est le champion des champions de cette émission pour tout avouer. Tous les autres candidats autour de moi n’écoutent plus le brief et les sourires de groupies apparaissent sur leur visage. Déjà maquillé, Dieu – pardon Christian- vient se servir un verre de rouge, lui, et manger son rôti de bœuf froid. Le brief reprend. Le grand gagnant se permet de l’interrompre de temps en temps pour faire une vanne pas drôle, mais qui fait rire tout le monde quand même. J’apprends l’existence de ce type.

Après ce moment de grâce, nous voilà jetés entre les loges pour s’habiller, la salle de repos avec jus de fruits et café, la maquilleuse qui me met du fond de teint, la coiffeuse qui parle de la violence des paroles de PNL, le tout ambiance colo. Ou alors ambiance télé « On se connaît, on s’adore. »

Je signe des papiers de droits à l’image, j’évite le noir et les rayures avec mes vêtements, on check si mes lunettes n’ont pas un logo de marque qui traînerait sur une branche et je révise mes anecdotes avec ce qui semble être l’assistante-réal (ça fourmille tellement là-dedans que tu ne piges pas qui fait quoi et qui est qui).

Ça tourne !

Et puis, tu attends. Tu peux à peu près regarder partout l’émission qui est actuellement en tournage sur le plateau, dans les retours qui traînent par ci et par là dans les loges.

On papote donc avec les autres candidats pour tuer le temps, parce qu’on est quand même sympa tous, et peut-être parce qu’on sent le stress qui monte.

  • Moi, je suis venu exprès de Toulouse. Avec ma mère, en train. On a eu des galères avec la SNCF à l’aller, j’espère que ça ira au retour.
  • Moi, je viens de Montpellier, mais ça fait 4 jours que je suis sur Paris, j’en profite pour voir de la famille. Par contre, il faudrait peut-être que je me mette à réviser mes partiels, c’est la semaine prochaine.

En parallèle à la télé, c’est encore Christian qui gagne l’émission tournée avant la nôtre.

C’est parti, on descend sur le plateau. Il fait 15°C et ce n’est finalement pas très grand. Les caméras doivent sans doute être munies de grands angles. On te met un micro casque et on te donne un dernier conseil :

Surtout, vous êtes là pour kiffer, pour profiter ! Souriez hein.

Et j’entends même une petite vanne de collègues du taf au loin « …et si vous pouviez faire en sorte que Christian parte ! » Rires. Stressés, mais rires quand même.

« CA TOURNE »

Les règles du jeu

Je vous la fais courte sur l’émission elle-même dans le sens où c’est déjà assez chiant à la télé, donc à l’écrit…

Juste un petit paragraphe pour vous expliquer que Jean-Luc Reichmann est plutôt cool (même s’il te demande devant des caméras, sur TF1 donc, si tu es amoureux ou célibataire alors que sincèrement, ÇA NE REGARDE QUE MOI, NAN ?), que Christian, le grand champion, a la grosse confiance, il est chez lui après tout, un humour de merde mais il n’est pas méchant, que tu es OBLIGÉ de danser pendant les interludes musicales, de taper des mains, et que tu te dois de sortir les fameuses vraies anecdotes répétées à l’avance.

Faut le prendre à la rigolade.

Mais ne pas oublier qu’on est quand même là pour gagner de la thune.

Martin est étonné de la question posée par Jean-Luc Reichmann

Alors, sachez-le, ce sont les règles : quand tu perds tes deux vies, tu dois provoquer en duel un candidat qui, s’il répond mal à une question, sortira à ta place. C’est ce qui s’est passé avec moi. De toute évidence, provoquer en duel le grand vainqueur, Christian donc, c’est se tirer une balle dans le pied. Sauf que là, ni moi, ni lui, n’avions la bonne réponse. La question ?

Qui a été prêtre à 17 ans ? Marco Polo, Jules César, Mazarin, Umberto Eco

Éliminé, le Martin. Montrer tes tatouages et raconter des histoires sur le végétarisme n’aura pas suffi. Tu repars avec un « Smartphone ».

Extrait de l’émission : http://www.programme-tv.net/news/tv/103582-un-candidat-des-douze-coups-de-midi-regrette-d-avoir-fait-un-surprenant-tatouage-video/

89 €

Concernant les lots, le premier éliminé gagne un appareil photo (qui est en fait un lomo avec une seule pelloche), le deuxième repart avec un Smartphone (un Wiko, d’une valeur de 89€, et ça, je le sais car j’ai voulu le vendre en rentrant chez moi) et le troisième aura la chance de voyager (dans un relais-château Smartbox). Ils doivent avoir des restrictions budgétaires chez Endemol.

Bref, tu es éliminé, tu pars rejoindre les gens du public qui en sont à leur 3ème tournage de la journée sur ce plateau froid tentant d’être réchauffé par les applaudissements de la classe de sixième en sortie scolaire, devant. Il y a aussi pas mal de personnes âgées dans ce public.

Et voilà, tu signes un dernier papier, tu prends tes affaires et tu dis au revoir à tes camarades du jour.

Là, seul avec toujours du fond de teint sur cette ligne 12 dépeuplée, je regrette. Mais bon, ce qui est fait est fait. Encore une fois, le prendre à la rigolade.

Mais tout de même : « Tout ça pour ça ? J’ai vraiment dansé sur un plateau télé chez TF1 ? Mais cette réponse, je la connaissais, nan ? Merde, j’ai pas fait ça pour un Smartphone ? C’est vendre son âme ça ? »

Aucun regret

Un mois et quelques jours après, le 22 décembre donc, je passe à la télé. J’avoue que sous l’eau avec mon VRAI travail, j’avais oublié de regarder l’émission. Ce sont donc des MP sur Facebook et autres SMS qui m’ont remis dedans. Je sers les fesses et à ma pause déjeuner, je décide de regarder le replay (sur mon Smartphone justement gagné à l’émission – la boucle est bouclée).

Aucun regret : ils ont coupé ma très mauvaise réponse, j’ai pas trop trop l’air d’un con et je suis même plutôt détaché quant à l’ambiance de l’émission.

J’ai quand même eu le droit à mon petit bad buzz de 24h, aussitôt publié, aussitôt oublié. Mais je l’assume. Tout autant que j’assume pleinement mon tatouage.

[Zap Télé] INSOLITE : Il s’est fait tatouer une brochette de Kébab ! (23/12/16)…Titre racoleur pour cliquer sur ce freak show !

 

La petite chance que j’ai eue repose sur le montage de l’émission. Je me suis viandé sévèrement sur une réponse (confondre Métropolitain avec Métronome à cause du livre de Lorànt Deutsch), mais vous n’en saurez pas plus, car tout ça a été coupé. Ouf !

PS : La bonne réponse, c’était Jules César. Et moi, j’ai dit Mazarin.

Crédits photo : Captures d’écran de mes amis qui m’assurent ne pas se foutre de moi.

Martin
À propos de l'auteur

Arbitre impartial de Loto, il ne dit jamais non à un Trivial Pursuit, un blindtest ou un UNO, et adore secrètement les Pog.