Techno, marathon et jeux olympiques

Depuis quelques années, la surnommée « capitale européenne du sommeil » fait des batailles de polochons à plus de 120 bpm, ne court plus mais danse le Marathon Électronique, joue au « Mange-disque » et fait du « Limbolympique ».

Le Marathon Électronique, OTTO10, 75021, La Mamie’s, Soukmachines,… autant de collectifs qui ont su transformer les soirées parisiennes monotones en « joyeux n’importe quoi ». « Des line-up de fou, ce n’est plus suffisant », souligne Thibaut, président du Marathon Electronique, collectif qui fédère depuis août 2015,  7 associations toutes amies du dancefloor. La Récré, PME, TR31ZE, CosmopolIZM, ORNORM, SUAD et TRIPALIUM unissent leur folie pour créer une fête de 48h au croisement du sport et de l’électro.

Il faut créer un environnement, une décoration, un thème. Pour certains, ça va toujours être kitsch et ils ne viendront que pour la musique. Mais, il y en a pour qui ça fait l’ambiance, la personnalité.

Le but du Marathon Électronique est de « remplacer les kilomètres par les heures ». Du 6 au 8 mai, ce sera la première fois que les organisateurs s’approchent de cette prouesse avec un créneau de fête compris entre « vendredi 19h » et « dimanche 22h ». Le line-up de ce « 48h de son non-stop » pourrait être comparé à une quête sportive. Commencez par le circuit des bars avec notamment l’équipe de DJs Rose et Rosée au Zéro Zéro, E-KLOZIM qui fera danser les balles de ping-pong au Gossima Bar, ou encore les coureurs de fond de Dimensional Waves au roi de l’after, le Zorba. Continuez le lendemain avec une kermesse olympique au 6B où des artistes comme Mondkopf, Electronic Rescue ou encore Camille Rodriguez s’occupent de vos petites oreilles. Plus d’une vingtaine de DJs vont distiller des breuvages techno, house, acid, electronica, bass music, disco, synthwave. Miam, miam ! Enfin, terminez héroïquement Place de la République au Fluctuat Nec Mergitur avec le Marathon Crew pour un mix plutôt house. En 3 jours, vous aurez l’impression de passer à la vitesse d’un set de Manu le Malin, du Championnat de France amateur à la Ligue des Champions.

« Ambiance sportive, lycra, bandana, aérobic des années 80 », voici les mots-clés du dernier Marathon Electronique. L’édition mai 2016 sera davantage antique avec l’arrivée des jeux.

« Les teufs où il y avait des jeux, on a adoré ». C’est pour ça que l’équipe du Marathon avait envie de créer quelque chose de mémorable, le truc dont les gens vont se rappeler.

Effectivement, tous les collectifs s’y sont mis : flipper du futur d’OTTO10, jeux de construction en carton de Soukmachines, blind test déjantés de La Mamie’s,… Cette volonté d’apporter un surplus de ludique aux soirées vient surement de la personnalité des collectifs et aussi, de cette volonté forte de changer la nuit. D’une part, ils nous confirment que la nuit, ça peut être le jour, le matin, l’après-midi, à l’heure du goûter. D’autre part, ils instaurent une nouvelle manière de vivre la musique à plusieurs.

« La soirée techno standard, c’est une très bonne salle, une très bonne sonorisation, un très bon DJ et des gens qui dansent seuls face au DJ. Il y a quelque chose de personnel avec la musique. Pourquoi ne pas mettre d’autres environnements, et pas seulement au bar, où l’on peut interagir de manière différente, interagir avec l’autre. »

Cet environnement est celui du ludique, du jeu rigolo, du challenge. Pour proposer ces jeux qui ne s’achètent pas à La Grande Récré, l’équipe du Marathon Électronique devait être plus nombreuse. Pour cette 4ème édition, ils sont prêts et inventent « des jeux qui mélangent musique et sport ». Dans l’arène sableuse du 6B, vous pourrez découvrir tout en dansant, et avant 20h, une série de compétitions parodiées des jeux d’Olympie : lancer de javelot avec des frites de piscine, limbolympique, chamboule-tout version lancer de poids. Il y aura également un palet breton et un volley-ball où le ballon est aussi surdimensionné que la durée de cette fête. Et parce qu’en 776 avant JC, le lancer de disque inaugurait les épreuves gymniques, il était impensable qu’on ne retrouve pas sa version pop 2016 dans le stade olympique du Marathon Electronique.

Un jeu dont on est très fier, c’est le « Mange-disque ». C’est comme si tu jouais au frisbee mais avec un vinyle. A environ 5 mètres, tu dois essayer de viser un trou de la taille d’une boite aux lettres ».

Les disques sont des 33 tours de « gars oubliés ». Peut-être que dans le lot, il y aura Les Forbans et leur musique prémonitoire de ce Marathon Électronique : « Danse et mets tes baskets / Chouette c’est sympa tu verras ».

Découvrir le programme

 

 

Isa
À propos de l'auteur

Dite le petit futé de BEJOUE, elle aime les histoires de jeux et de gens, les enquêtes de terrain au pied de son immeuble, et la moquette dans les pubs.

Newsletter

Facebook