THE FOUNDER : dans le game des start-up


Avec le mot clef "start-up", on risque de faire un maximum de clics. Il fallait bien qu'un jeu émerge sur cette thématique.  Le serious game, THE FOUNDER, est aussi réaliste que farfelus, aussi sérieux que fun, aussi passionnant que dérangeant mais il est surtout très cynique.

* Un jeu dans un jeu : cet article  contient pas moins de 33 mots qui appartiennent au "Lexique de la Start-up" : sauras-tu les retrouver ? *

THE FOUNDER est un "serious game" permettant au joueur de se mettre dans la peau d'un créateur de start-up. L'objectif de ce jeu est de dénoncer certaines pratiques non éthiques et abusives, voilà comment on pourrait pitcher le projet entre deux étages d’ascenseur.

Ce projet a vu le jour grâce à une campagne de crowdfunding et son créateur,  Francis Tseng, a souhaité, par un jeu de simulation, montrer que la start-up ce n'est pas si cool.

La phase d'amorçage

Nous sommes en 2001, Sillicon Valley. La bulle a éclaté mais vous, vous décidez de monter votre start-up. Pas besoin d'être agile, ce n'est pas un jeu de plate-forme dans lequel tu conduis une licorne, mais un jeu façon Simcity, dans lequel, au lieu de construire ta ville, tu construis ta start-up. Tu commences à bosser chez toi, tu embauches des gens cool et contents qui bossent en open-space, et tu as de l'argent au compteur grâce à tes investisseurs. Jusqu'ici tout va bien, on te demande de lancer des produits, ce que tu fais tranquillement. Tes employés sont contents et si ce n'est pas le cas, un petit ping pong et tout va mieux.

Le début du jeu THE FOUNDER, se fait donc,  sans trop d'embûches : on s'approprie les différents outils (le marché, la création de produits, les embauches et autres actions. Enfin, il faut pour cela ne pas avoir trop de scrupules avec le fait de dépenser beaucoup d'argent sans modèle, de payer moins que prévu tes salariés et de les entendre dire "qu'ils s'ennuient un peu" dans leur open-space. Hélas, tu n'as pas encore assez d'argent pour pouvoir leur offrir des services un peu fun.

Growth Hacking

Il ne s'agit évidemment pas ici de hacker le jeu, mais parlons plutôt de la suite de l'aventure, celle ou tu commences à avoir un peu chaud : tu te testes sur le "market" et tu te rends vite compte que tes concurrents sont bien plus balèzes que toi. Tu retournes donc cramer du cash à la R&D pour revenir ensuite avec un meilleur produit, mais rien à faire. Pendant ce temps là, tes salariés tournent en rond dans l'open-space : tantôt trop de travail, tantôt ils s'ennuient, difficile pour eux de trouver leurs repères ! Enfin, toi, ce n'est pas trop ton soucis, puisque tu peux les virer en un clic. Enfin, avant cela, peut être que mettre dans le bureau une machine à café, une tireuse à bière ou leur permettre d'envoyer des textos à un psy permettront peut-être de les garder un peu.

En tout cas, toi, tu perds de plus en plus d'argent, en haut de l'écran, soit tes actionnaires sont contents, mais pas tes clients, soit, c'est l'inverse. Alors parfois, tu pivotes.

Loisirs dans le jeu "the founder"

Le côté obscure

Cela n'ira sûrement pas en s'arrangeant : le temps s'accélère, les investisseurs sont de plus en plus exigeants, il faut redoubler d'efforts pour ne pas se faire racheter, ne pas se faire virer, garder ses bons employés, et surtout se confronter à un marché de plus en plus compliqué. Aller vers la victoire n'est possible qu'en faisant des choix plus que limites. Petit à petit, le jeu bascule non pas vers un changement positif, mais une succession de mauvais choix à faire.

 

STOP ! 

The competition destroy you : it's time to leave the market.

"I'm miserable here" dit mon associé dans le jeu, puis je reçois un mail :  "Your server is under attack" . Enfin, après une petite battle avec mon concurrent :  "The competition destroy you : it's time to leave the market". Enchaîner les galères, voilà qui calme un peu sur les idées reçues du bonheur de créer une start-up.
De mon côté, après 2h de jeu, je coupe THE FOUNDER  et j'espère que je vais rêver de licornes. Pas celles avec les dollars. Celles avec les paillettes.

Jouer à THE FOUNDER ! 

 


Coralie

Dite la curieuse de BEJOUE, elle aime fouiller les internet pour trouver des pépites, les histoires de chouette, les jeux de mots et le papier cadeaux.