La tirelire qui voulait se faire aussi grosse qu’un flipper

Une tirelire vit un flipper qui lui sembla de belle taille. Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un œuf, envieuse, s’étend grâce à une magie nommée OTTO10, et s’enfle, et se renomme Tirelipimpon, pour égayer le public en sueur.

 

C’est ainsi que la fable de notre étrange objet commence. Sauf que, contrairement à cette conne mégalo de grenouille de La Fontaine qui a crevé tellement qu’elle s’est gonflée pour ressembler à un bœuf, Tirelipimpon connaît sa place dans le monde. Cachée dans le coin d’une pièce, voici l’histoire rocambolesque de notre tirelire devenue flipper.

Jeudi 07 avril, 19h, Saint-Ouen

Dans un coin de pièce au milieu d’une fête, le Tirelipimpon se dresse et se pare de mille feux. On dirait un anniversaire. Autour, un jeu de petits chevaux en grandeur nature, de la musique, de la bière, des gens qui parlent fort en riant. Mais celui qui éblouit la foule, c’est bien cet étrange flipper.

« J’ai eu l’idée d’un plan incliné avec une pièce de monnaie qui glisse dessus. Je crois me souvenir que quand j’avais 10 ans, je faisais déjà des jeux avec des balles de golf sur des surfaces penchées. J’habitais à la campagne et je plantais des clous, je faisais des tunnels, des tremplins, etc. Je voulais tout fabriquer » nous explique Adrien Utchanah, directeur artistique d’OTTO10, une organisation d’événements festifs hédonistes basée sur le territoire parisien depuis 2013. OTTO10 comme Otto Dix, un peintre allemand. Et libre.

La magie OTTO10

Adrien est l’un des concepteurs du Tirelipimpon. Son parcours est celui d’un créateur compulsif. Après avoir bossé dans la pub, il revient à son premier amour : le théâtre. Un retour à l’école puis une création de sa compagnie plus tard, il devient en 2013 l’un des pilliers et le directeur artistique du projet OTTO10. Lancé à l’initiative de Fabien Kratz, OTTO10 organise des soirées électro en région parisienne. Jusque-là rien de très original. Des événements en banlieue avec des Djs peu ou pas connus, des prix abordables à l’entrée et au bar, mais surtout plein de jeux !

OTTO10 est né d’une envie particulière. Adrien s’en rappelle pour nous : « on était à l’époque de la pétition ‘La nuit se meurt en silence‘ à Paris. On voyait tous les lieux fermer, on se retrouvait à se faire plumer dans des bars et des boîtes et ça nous correspondait pas du tout. Il manquait un esprit ludique, libre. Marre d’aller dans des soirées où tout le monde se regardait de haut en bas, marre des organisateurs qui avaient des envies de gagner le plus de tunes possibles et qui se soumettaient aux règles de répression. »

Soirée OTTO10

 

Naissance de Tirelipimpon

Suite à un événement déficitaire fin octobre 2015, OTTO10 cherche des moyens originaux pour combler son découvert. OTTO a le public qu’il mérite. Certaines personnes du public ayant préféré lui filer l’argent en direct dans des événements plutôt que de payer sur internet (une cagnotte classique a aussi été lancée). L’équipe de grands enfants a une idée :

Plutôt que de faire une boîte avec une fente, pourquoi pas un jeu ? Pourquoi ne pas mettre une pièce dans un flipper plutôt qu’une tirelire ?

Les types d’OTTO10 ne réfléchissent pas comme les autres, c’est un fait. On ne construit pas des flippers à chaque problème financier. Mais les ressources de l’organisation sont intarissables. Son fournisseur de décors, la Réserve des Arts, est la caverne d’Ali Baba du scénographe. Située à Pantin, on y trouve des matériaux de récup jetés par des compagnies qui ont des décors qui ne servent plus. C’est un gisement pour trouver des objets improbables. C’est Jérémy, un ami d’Adrien, qui y a déniché la bête : « il a trouvé le meuble avec un plan incliné devant et une espèce de vitre de plexiglas par-dessus qui protégeait le plan, avec en plus un coffre, parfait pour récupérer les pièces de monnaie en bas. On n’a d’ailleurs jamais su à quoi il servait avant… On l’a acheté pour une bouchée de pain et on l’a customisé. »

Par customisé, Adrien entend gobelets type « Ecocup », boule disco, néons, cœur de LED, graphismes de kermesse, lots de peluches ou shots de poppers (oui, oui) et passages ardus sur une surface fantaisiste.

Une expérience qui met forcément les neurones en sur-activité et transforme l’excitation en créativité, ce que nous confirme Adrien : « ça a vraiment été une émulation entre nous deux, que ce soit sur l’esthétique ou sur la technique, on était bien complémentaires, genre : ‘ah, tu pourrais faire un trou pour que la pièce rentre et sorte par devant… et là elle tournerait dans un verre… ‘ ou ‘tiens j’ai trouvé une goulotte d’électricien (…) ah bah moi un aimant’ ou plein d’autres choses improbables. »

Les superpetitpouvoirs du collectif OTTO10

Speed games dating

Tirelipimpon est le dernier né d’une longue liste des jeux inventés par OTTO10. Parmi eux, le « Superpetitpouvoir », distribué sous forme de petits papiers à chaque personne du public à l’entrée de la soirée et sensé investir ses porteurs d’une mission (quasi) divine. Autre trouvaille toute conne mais très efficace, un fil de laine qui emmêle une masse de danseurs. Le public peut décider soit de le couper (pas très drôle) soit de s’entraider et refaire le parcours à l’inverse pour le démêler. La « salle des attentes » propose à ses occupants d’écrire ses attentes sur des bouts de cartons disposés dans un filet. « Certains ont besoin d’un chewing gum, d’autres d’une pipe » nous confesse Adrien. Ou enfin l’opération « fais une fleur à ton videur » pendant laquelle les volontaires fabriquent une petite fleur en crépon et l’offraient à leur videur préféré.

Des dizaines d’autres activités sont proposées par OTTO10 depuis 2013, sachez-le. Le souci est toujours le même : rapprocher les gens, créer des interactions, éviter par-dessus tout l’horrible « tu fais quoi dans la vie ? » et casser la glace invisible et épaisse qui existe entre deux personnes qui dansent pourtant côte à côte depuis des heures.

Suivez OTTO10 dans leur folie créative !

— A venir chez OTTO10, un concept de rencontres inter-peuplades imaginaires : le public va devoir choisir sa tribu (comme il a choisi son parti à la dernière OTTO), troquer ses ressources (1g de paillettes contre 100g de confettis par exemple), offrir l’asile aux réfugiés en exil festif, etc. Lieu et date à venir. On a hâte ! —

Crédit photo : OTTO10

DJ Bonjour
À propos de l'auteur

Pourquoi cette fête s'arrête ? Qui a décidé cela ? Pourquoi l'esprit fatigue ? Qui a ordonné cela ? Quelle gravité nouvelle applique sa loi sur mon corps ? Je m'y oppose. C'est décidé, je ne trouverai pas le sommeil et je n'irai pas le chercher.