CURAPY : « On ne joue pas avec sa santé ! »

« MAKE YOUR CURE HAPPY ». La nouvelle plate-forme de jeux vidéo à vocation thérapeutique du Groupe Genius, est plus efficace dans le domaine de la santé que dans celui des jeux de mots. Explications de CURAPY, un outil qui vient d’être reconnu « dispositif médical » par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé.

 

Certifié « dispositif médical » par l’ANSM

Depuis 1983, le Groupe Genius oeuvre dans le domaine de l’informatique. Il propose aux entreprises l’élaboration de systèmes d’information, de logiciels libres, de portails web. Et il est aussi un des leader du serious game spécialisé dans le domaine médical.

En effet, depuis 2012, les activités dédiées aux serious games et à l’E-santé se sont matérialisées chez eux sous les noms de GENIOUS Serious Games et GENIOUS Healthcare. Ces deux pôles proposent des jeux vidéo dédiés à la santé et au traitement de pathologies variées (AVC, maladie d’Alzheimer, maladie de Parkinson, etc.). L’ensemble de ces outils ludiques ont été concentrés sur la nouvelle plate-forme Curapy.com, certifié « Dispositif médical » par l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé).

Alors, on peut s’interroger sur cette certification par un organisme qui n’a pas bonne presse en ce moment. Accusée par Médiapart de s’être « livrée à une entreprise de désinformation systématique » dans le cadre de l’enquête sur l’essai clinique du laboratoire portugais Bial, pointée du doigt pour défaut de précaution dans l’affaire Dépakine, on peut dire que l’ANSM cumule et que le slogan de Curapy.com, « On ne joue pas avec sa santé » résonne particulièrement.

Pour en savoir plus : Le Monde – L’agence du médicament dément toute dissimulation dans l’affaire des essais cliniques – 11/10/2016.

 

Des jeux vidéo thérapeutiques

Ce que l’on sait chez BEJOUE, c’est que les Serious Game sont de plus en plus utilisés dans le domaine de la santé. Ils font régulièrement l’objet de publications scientifiques qui attestent de leur utilité.

Contrairement à un médicament, la prise de jeux n’est pas dangereuse.

Grâce à Curapy, les professionnels de santé pourront prescrire l’utilisation des jeux thérapeutiques de la plateforme à leurs patients. Il faut bien évidemment que les médecins adaptent les jeux en fonction de la pathologie, et qu’ils puissent mesurer les effets positifs. Pour l’instant, le catalogue est accessible en version Beta seulement aux professionnels de la santé. Pour le grand public et les patients, il faudra attendre pour jouer à EHPAD’PANIC ou à Voracy Fish.

CiNACity ou l’apprentissage des premiers secours

Pour l’instant, en tant que grand public, on peut tester CiNACity, un jeu gratuit sur la plate-forme pour se former aux gestes qui sauvent. On peut choisir différentes situations comme le malaise hypoglycémique ou encore l’hémorragie. Les scènes sont vraiment connectées avec la réalité. En effet, on peut y être confronté tous les jours : une vieille dame fait un malaise, notre oncle se coupe avec le couteau à huîtres. Non, BEJOUE ne mange pas d’huîtres tous les jours. Le gameplay est simple. On doit être efficace dans un laps de temps. On a le choix entre différentes actions comme parler, agir, déplacer. Ce qui est intéressant, c’est de se confronter et d’analyser ensuite nos réactions. Pour le coup, chez BEJOUE, on sait que la transmission des éléments au SAMU, ce n’est pas notre fort !

Résultat sur l'Hémorragie

 

Découvrez la plate-forme Curapy, et jouez à CiNACity ! 

Isa
À propos de l'auteur

Dite le petit futé de BEJOUE, elle aime les histoires de jeux et de gens, les enquêtes de terrain au pied de son immeuble, et la moquette dans les pubs.

Newsletter

Facebook