Enquête sur le Super loto du patrimoine

A la rentrée, les joueurs de cartes de grattages auront une nouveauté à se mettre sous l’ongle. Le ticket « Loto patrimoine », fruit de la coopération entre la Fondation du patrimoine, l’Etat et la Française Des Jeux, sera en vente à partir du 3 septembre 2018. Enquête sur ce nouveau loto qui a pour mission de sauver notre patrimoine.

 

Mission Bern = Mission Cléopâtre + Mission Impossible

La mission Stéphane Bern est en quelque sorte la combinaison improbable entre l’aspect patrimonial de Mission Cléopâtre, à savoir remettre sur pied la grandeur d’une civilisation, et Mission Impossible.

« Bonjour, Monsieur Bern. Votre mission, si toutefois vous l’acceptez… » est d’identifier le patrimoine en danger, de le sauver et de le valoriser.

Quand on sait qu’en France, en 2016, on recensait près de 45.000 immeubles protégés au titre des monuments historiques dont un tiers est classé, le chantier est vaste. Mais c’est sans compter sur la ténacité de notre nouveau « Tom Cruise national ». Depuis plusieurs années, Stéphane Bern sillonne la France à la découverte du patrimoine pour ses émissions de télévision comme « Secrets d’histoire », « Le village préféré des Français », « Visites privées » ou encore « Sauvons nos trésors ».

 

Une foule de gens autour d'Emmanuel Macron

A la suite de l’élection présidentielle, notre président Emmanuel Macron déploie des mesures en faveur du patrimoine. Comme l’explique Le Figaro, « Pour Emmanuel Macron, le patrimoine est aussi un outil politique. Il s’en sert pour retisser le fil de l’histoire et réenraciner le pays ». Il se souvient de ses discussions avec Stéphane Bern pendant la campagne et lui demande s’il est capable d’identifier les biens patrimoniaux en péril et de mettre en application ses idées pour sauver le patrimoine. Et dans les solutions innovantes pour assurer une partie du financement des travaux, il y a le loto.

Un patrimoine riche…ou plutôt cher !

Jeudi 31 mai, Françoise Nyssen, Ministre de la Culture, dévoilait les chiffres : « 25% des monuments protégés sont jugés en mauvais état, et 5% sont considérés en péril ». Ce pourcentage correspond à 2000 bâtiments identifiés par la mission Stéphane Bern. Maisons, hôtels particuliers, châteaux, maisons d’illustres, édifices, bâtiments agricoles ou industriels, ouvrages d’art, patrimoine militaire, lieux culturels.  La France est dépositaire d’un patrimoine riche mais cher à entretenir. Chaque année, l’Etat français dépense 326 millions d’euros à son entretien et sa restauration. Il faudrait bien plus.

Si le loto est une idée ludique sympathique, il ne concernera au final que 18 sites dont la Maison du receveur des douanes à Saint-Laurent-du-Maroni en Guyanne, la Maison de Pierre Loti à Rochefort ou encore le Couvent de Saint-François à Pino.

Une carte des lieux patrimoniaux

 

Et le numéro complémentaire ?

 

Le 3, comme le 3 septembre 2018, jour où l’on pourra acheter grilles de loto et tickets à gratter en faveur du patrimoine. En effet, la Française des Jeux a mis au point deux opérations pour récolter de l’argent : une super cagnotte de 13 millions d’euros et des tickets Illiko à gratter.

Les grilles de loto spéciales patrimoine seront vendues à 3€ pour un tirage unique le 14 septembre. Quant aux tickets Illiko, ils seront au prix de 15€ et permettront de gagner des montants jusqu’à 1,5 millions d’euros.  Selon un opérateur téléphonique de la Française des Jeux, les 3 tickets édités seront à l’essai pendant 4 à 6 mois.

Si l’initiative est intéressante, elle n’est pas novatrice en Europe. Les Italiens ont créé au 18ème siècle la première loterie du patrimoine, et ils continuent d’utiliser ce revenu financier avec 500 millions d’euros récoltés en moyenne tous les 3 ans. Au Royaume-Uni, c’est la même logique. Un pourcentage de tous les tirages est consacré au financement du patrimoine. En 24 ans, ce sont plus de 42 000 projets qui ont été soutenus.

En comparaison, l’offre française semble un peu timide, surtout quand nos sources d’information montrent que seulement 1,52 € sera reversé sur les 15€ d’achat du fameux ticket. 

15€ ! Comme expliquait Charline Vanhoenacker sur France Inter : « Un ticket à prix pareil, ce n’est pas chez le buraliste qu’il faut le vendre, Stéphane, c’est chez un antiquaire. »

Alors, on ne va pas vous dire qu’on va illiko acheter un ticket à la rentrée. En attendant, on jouera cet été au loto mais du CELF !

En savoir plus sur La Mission Bern

Crédits photos : Le Figaro, L’indépendant, La Croix

Isa
À propos de l'auteur

Dite le petit futé de BEJOUE, elle aime les histoires de jeux et de gens, les enquêtes de terrain au pied de son immeuble, et la moquette dans les pubs.